Percevoir le silence

Lorsqu'on rentre à l'intérieur du monastère des dominicaines, on se sent hors du temps et en lien avec l’univers. « On est dans l’éternité et la mémoire. » 

Il y a la douceur cristalline des chants et le silence des prières.

Il y a les mêmes déplacements ritualisés  des Soeurs en une seule ronde et un même élan. Derrière chaque geste, chaque savoir-faire, chaque page des livres de chants et de prières, on y trouve une histoire, un symbole. 

Je me suis retrouvée face à l’Histoire.

La communauté la perpétue et elle la préserve. De frêles mains qui se joignent en prière, les soeurs font face

à la furie du monde. Elles sont un rempart contre l’oubli et l’indifférence.  De leurs  vêpres, elles se retirent à l’intérieur d’elle-même par des moments de prières, appelés « prières secrètes ». 

J’ai assisté à des moments de vie, de recueillement, de partage où J’ai tenté d’attraper ces instants de liberté